Marion Bartoli et son ex-relation toxique : “C’est insidieux… j’étais docile”

Modestement, ce livre est aussi un message adressé à toutes les femmes qui souffrent dans leurs relations amoureuses, les humiliées, les rabaissées, les stigmatisées. J’espère que ces lignes vous donneront de la force. Ma triste expérience tend la main à votre solitude et je vous entends déjà dire STOP“, conclut Marion Bartoli dans son livre. Un message qui fait écho à sa relation néfaste avec un homme qui lui a fait vivre l’enfer.

Pour Purepeople.com, l’ex-gagnante de Wimbledon (2013) a bien voulu revenir sur cette histoire d’amour avec un certain D. Très vite, cet Anglais rencontré en 2014 par le biais d’une connaissance dans le monde du tennis a commencé à critiquer ses rondeurs et même son tennis ! “Lorsque j’étais dans cette relation, je ne suis pas du tout arrivée à réagir. C’est insidieux. C’est pas tout le temps, tous les jours? (…) C’est plus la comparaison avec les autres filles dans la rue qui était profondément méchante. J’étais docile, je me disais : ‘Ah oui oui, peut-être qu’il a raison. Peut-être que je devrais maigrir, etc.’. (…) Je lui trouvais toutes les excuses du monde…“, nous a-t-elle confié. Par amour, elle s’est alors mise à compter les calories et a fondu comme neige au soleil – des problèmes de santé se sont greffés en même temps.

Marion Bartoli parle d'”un dénigrement de tout ce [qu’elle] faisait dans tous les domaines, poussé à l’extrême” et ajoute que “c’est une personne qui a beaucoup de haine en lui“. Non content d’être odieux, il était aussi profiteur ! “Il était radin à un point juste inimaginable ! Il prenait les billets d’avion sur les compagnies aériennes les plus low cost de chez low cost et il me demandait de payer les hôtels cinq ou six étoiles“, s’est-elle souvenue. Une charmante personne…

Aujourd’hui, Marion Bartoli a retrouvé l’amour, mais n’a pas encore donné de détails sur sa nouvelle histoire de coeur.

Thomas Montet

L’interview intégrale de Marion Bartoli est à retrouver en vidéo. Toute reproduction interdite sans la mention de Purepeople.com.

Comments